Exposition "Picasso 1932" au Musée Picasso-Paris

La Bonne Année

Publié par arman - mercredi 6 décembre 2017, 17:56 | Voir les avis

moderne

Si l'exposition précédente était consacrée à Olga, la femme légitime, celle-ci cible une année marquée par une explosion de couleurs et d'érotisme dans les toiles de Pablo Picasso, avec comme modèle sa jeune maîtresse Marie-Thérèse Walter. L'exposition suit mois par mois de façon détaillée la vie et les oeuvres créées par l'Artiste au cours d'une année stimulante à plus d'un titre.

1932 est également l'année d'un franc succès pour Picasso, celui de sa première rétrospective, organisée à Paris par la galerie Georges Petit. Une salle expose ainsi les tableaux des débuts ceux qui furent accrochés à l'occasion de cet événement important cette année-là pour l'Artiste : on y découvre des toiles des périodes bleue et rose, on appréciera surtout la période dite "africaine" avec la famille de Trois figures sous un arbre, si inquiétante, si sculpturale qu'elle semble taillée dans l'èbène.

Si cette exposition ne possède pas les sommets de la précédente (on se souvient des sublimes portraits de famille rose chair, avec Olga et Paul) "Picasso 1932" est elle beaucoup plus dense et homogène. En faisant poser Marie-Thérèse Walter Picasso en peintre caméléon invente de plus une nouvelle forme de nu cubiste.

Nus couchés

Il s'agit donc d'un type inédit de nu féminin inspiré par son nouveau modèle, sa nouvelle muse, que Picasso fréquente en réalité depuis 1926 comme l'attestent de nombreux tableaux de "Blonde" peints au cours des années précédentes. Ce type de nu féminin qui applique les principes cubistes laissent le spectateur voir toutes les facettes du modèle en même temps. 

La Sieste - 1932 - Malaga, Musée Picasso, déposé par la FABA

Nu couché à la mèche blonde - 1932 - Monaco, collection Nahmad

Le Repos - 1932

<
>

Chez Picasso, la Femme s'enroule sur elle-même pour montrer et arrondir d'autant plus ses formes. Elle fait même corps, comme la déesse Gaïa, avec la Création. Dans La Sieste, Bleu (le ciel) et Vert (la terre) convergent en son sein, en son corps plantureux et mauve. Dans Nu couché à la mèche blonde, Picasso l'illusionniste peint même une blonde qui se dédouble et c'est presque un couple collé l'un à l'autre qui apparaît elle penchée sur lui, aimante.

Les blondes assises

Des blondes assises Picasso en peignit beaucoup et de fort belles avec Marie-Thérèse comme modèle. Mais ces toiles qui peuvent former une série sont finalement peu représentées, si l'on excepte celle ci-dessous achetée récemment aux enchères pour une somme astronomique par un collectionneur milliardaire.

Le rêve - 1932 - Collection Particulière

Cette Blonde assise semble être une figurine de papier désarticulée mais en dépit de son visage découpé comme un masque, elle s'entoure dans son sommeil profond d'un aura torride aux couleurs rouge et or. 

Boisgeloup

En 1932 Pablo Picasso partage son temps entre son domicile rue de la Boétie à Paris et la propriété qu'il vient d'acquérir dans le village normand de Boisgeloup à la limite de l'Ile de France. Boisgeloup devient pour le peintre un sujet d'inspiration gai, ludique et audacieux. 

Série Boisgeloup - 1932

Boisgeloup - 1932 - Paris, Musée National Picasso-Paris

<
>

Picasso peint son petit vilage pimpant de Boisgeloup, prenant la pluie, en vaguelettes, ou arborant dans le vert les beaux beiges de ses maisons. 

Pour clore cette exposition montrons cette toile au style inédit cette année-là : des personnages à l'humanité symbolique fuyant un incendie sans détresse. Ils se réfugient sur le toit d'une maison qui surplombe une nature restée vierge et verte tout autour. Sont-ils pour autant sauvés ?

Le Sauvetage - 1932 - Bâle, Fondation Bayeler

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :