Exposition "L'Art est une fête" au MAMVP

Couleurs sans Joie

Publié par arman - dimanche 23 juillet 2017, 14:14 | Voir les avis

moderne contemporain

A l'occasion d'une donation effectuée par sa fondation, le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris propose encore jusqu'au 20 Août, une exposition consacrée à l'artiste moderne holandais Karel Appel (1921-2006).

Le peintre Karel Appel fait partie du mouvement d'Art Moderne COBRA créé après la seconde guerre mondiale. Constitué d'artistes originaires d'Europe du Nord, COBRA (pour COpenhague - BRuxelles - Amsterdam) refusait en tant que courant esthétique de faire un choix entre Art abstrait et Art figuratif. L'art du holandais ne semble ainsi jamais trancher entre les deux, mais pas forcément pour le meilleur. Sa peinture en effet, lorsqu'elle penche du côté abstrait, n'est ni une composition de formes ni de couleurs agréables, tandis que côté figuratif elle représente animaux et hommes avec un trait plus indéfinissable qu'enfantin.

Le résultat donne le sentiment de tomber dans certains des travers de l'Art Moderne et Contemporain : abstraire la représentation d'animaux et d'humains au niveau non plus d'un art dit naïf mais de celui du gribouillage. Et les gribouillis sont tels en effet qu'on se demande si c'est la Beauté, la chose simplement agréable à regarder, qu'il recherche notamment dans les portraits dits de sa "période véhémente".

Mais au milieu de ce maelstrom on peut toutefois sauver la grande toile ci-dessus - Enfant en flammes avec cerceau - 1961 - Paris, MAMVP, d'une vérité fascinante car le style est cette fois à la hauteur du sujet qu'elle décrit, et de son horreur, un enfant incendié en plein jeu. On peut y voir jaillir dans la nuit les flammes rouges en pleine combustion grâce à une pâte épaisse, deviner le regard de terreur de l'enfant aux traits défigurés, voir son cerceau sans matière ni couleur éteint et mort. Si la contemplation de la toile est l'expérience fascinante et gratuite de l'horreur, celle du tableau suivant est lui un moment de grâce fantastique en noir et blanc.

Nude Figure - 1989 - Paris, MAMVP

<
>

Découverte insolite que ce personnage sans visage, aux cheveux filasses mais au corps vigoureux comme les traînées de peinture directes et rectilignes sur sa peau. Personnage presque humain qui en pauvre diable tente à l'aveugle de repousser les limites du tableau, de s'évacuer de son noir isolement. C'est tout simplement une Allégorie de la Liberté, peut-être la plus belle de la Peinture contemporaine.

On pourra encore apprécier le portrait ci-dessous du sculpteur César, y retrouver notamment le regard à la Droopy de l'Artiste français.

Portrait de César - 1956 - Belfast, Ulster Museum

Photographie du sculpteur César

<
>

Mais guère plus, car la découverte de ce peintre qui fait encore partie de l'Histoire de l'Art Moderne et Contemporain, est pour le moins une déception.

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :