Cy Twombly au Centre Pompidou jusqu'au 24 Avril

Cy Twombly et l'expressionnisme abstrait

Publié par arman - mercredi 15 mars 2017, 21:11 | Voir les avis

contemporain moderne

L'expressionnisme abstrait américain est à la mode avec la grande exposition que lui consacre en ce moment le Guggenheim de Bilbao. Le Centre Pompidou quant à lui consacre une rétrospective controversée à Cy Twombly (1928-2011), l'un de ses héritiers les plus renommés.

Edwin Parker Twombly Jr. se faisait appelé Cy comme "cyclone" en hommage à un joueur de base-ball, professionnel comme son père. Et son art graphique consiste aussi souvent en un simple tourbillon justement. La carrière artistique de Twombly démarre dans les années 50. De Chicago puis New-York, il devient rapidement le centre d'attention et l'objet d'analyse de bon nombre d'intellectuels renommés, français y compris (Roland Barthes, Philippe Sollers).

Il n'en demeure pas moins que son exposition au Centre Pompidou, entre gribouillage au crayon et tâches de peinture informes, ressemble fortement à une imposture. Il faut néanmoins poursuivre la visite jusqu'au bout afin de rencontrer les quelques oeuvres exceptionnelles que nous ne pouvions manquer d'évoquer ici. 

Nini's painting

Nini's painting - 1971 - Bâle, Kunstmuseum Basel

Nini's painting c'est une pluie dense, des trajectoires de goutelettes d'eau emmêlées, indéfinissables. Nini's painting c'est aussi nous, sous cette pluie et dans la confusion, écoutant le "morse" des gouttes tombées du ciel, qui s'écrasent. On y voit des traits noirs impossibles à suivre, gouttelettes qui d'un nuage viennent s'abîmer contre une flaque représentée en auréoles bleues, en ombres aqueuses. Mais ces boucles noires emmêlées ressemblent aussi à une forme d'écriture, à un message incompréhensible et infini venant d'en haut... Nini Pirandello était une amie très proche de Twombly, qui s'était donnée la mort peu avant le démarrage de la série de peintures portant son nom.

Il est incroyable que Twombly nous emmène à ces hauteurs avec un tel minimalisme.

Blooming

Blooming - 2008 - Collection particulère

Sur la toile blanche comme un linge, des fleurs en éclosion tels des soleils rouges débordent de couleurs, rayonnent de couleurs. Et si l'on s"écarte un peu de leur éclat, ce sont des nuages en formation suintant la couleur, faisant pleuvoir et couler le rouge encore et encore. Pour l'observateur face au tableau l'écarlate est si intense (du jamais vu) que ces géraniums pourraient bientôt devenir aussi célèbres que les fameux "Tournesols" de Van Gogh.

A Gathering of Time

Série "A Gathering of Time" - 2003 - Collection Particulière

"A gathering of time" est une série de toiles peintes sur fond bleu-vert, particulièrement soyeux pour le regard : l'observateur s'y laisse plonger pour flotter entre deux eaux, comme les méduses en suspension représentées par les trainées blanches. 

Si "Blooming" peut valoir à elle seule la visite, les citations historiques (à la culture greco-romaine) ne nous ont en revanche absolument pas convaincu, qu'elles proclament sous la forme de graffitis les noms des héros de l'Iliade. Ou qu'elles "racontent" sous la forme de tâches sanguinolentes les derniers jours de l'empereur Commodus.

A noter également les tentatives récentes du peintre contemporain Liam Everett, pour renouveler l'expressionnisme abstrait américain, et notamment Untitled (Eightercua) - 2016 vue cet hiver à la galerie Kamel Mennour.

Pas d'avis pour l'instant.
Publier un commentaire :